Accueil
sg sd
Le SNUipp Actualités Infos carrière CAPD, CTSD, CDEN... Dossiers/Juridique
Outils pratiques Les publications Se syndiquer Formation initiale
id

SNUipp-FSU de Maine et Loire

liste de diffusionSNUipp-FSU de Maine et Loire
S'abonner à la liste de diffusion du SNUipp 49 et recevoir toutes les nouvelles publications du site.
Indiquez
votre adresse courriel:


Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Liens FSU

Les sites nationaux
fsu
snuipp
Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : Outils pratiques 

Imprimer l'article


S’informer, découvrir, apprendre, comprendre... La bibliothèque militante du SNUipp

Publié le: dimanche 3 novembre 2013

rien
rien

Le Conseil Syndical du SNUipp de Maine-et-Loire a décidé de créer une bibliothèque militante ouverte à tous les adhérents.

Vous pouvez emprunter (réservation préalable) l’ouvrage de votre choix et venir le chercher à la section départementale du SNUipp 49 (14 place Imbach à Angers).

La liste des ouvrages proposés a vocation à s’allonger bien évidemment. Vos suggestions sont également les bienvenues.

Liste des ouvrages :

- Acquisitions octobre 2013 :

Titre Auteur Année bref résumé
Crise financière : Pourquoi les gouvernements ne font rien Jean-Michel Naulot 2013 Un vieux routier de la Finance, actuellement régulateur des marchés financiers, sort de sa réserve. Dans le premier chapitre, l’auteur explique pourquoi et s’engage pour dire la vérité aux citoyens. Il met en évidence l’effacement délibéré des politiques devant les puissances de l’argent, face aux lobbies financiers très actifs pour bloquer toute velléité de contrôler efficacement les instruments et les institutions financières. Il y a urgence car les deux foyers principaux des catastrophes à venir sont toujours présents, à savoir les Etats-Unis (avec leurs déficits abyssaux et leur politique monétaire) et la zone euro où les gouvernements n’ont même pas commencé à mettre leurs économies à l’abri des dysfonctionnements de la finance. Cet ouvrage délivre aussi un message constructif et rassurant, car les solutions existent, elles sont contrairement à ce que l’on pense souvent assez simples à comprendre et à mettre en application. Mais à condition de ne pas faire semblant de réformer et d’agir très vite. Monsieur X., 40 ans de carrière dans la banque et membre de l’AMF (Autorité des marchés financiers), s’exprime enfin sans réserve....
Je hais les pédagogues Pascal Bouchard 2013 L’école peut-elle éviter une nouvelle « guerre de religion » ? Le processus de refondation provoque des bouleversements profonds, que le corps enseignant avait, pour partie, anticipés, et dont la nécessité est, plus ou moins, admise. Il est pourtant profondément divisé, depuis 30 ans au moins, entre réformistes et partisans de la tradition, entre « pédagogues » et « Républicains ». L’opposition est très artificielle. Le camp des pédagogues n’existe pas. Quant aux « Républicains », leurs textes, même ceux de leurs meilleurs représentants, sont mal renseignés et mal argumentés. Ils ont pourtant trouvé hier, des oreilles attentives parmi les enseignants, et plus généralement, parmi les intellectuels. Comment une ligne de fracture fictive fi nit-elle par structurer les débats ? De quoi ces textes sont-ils révélateurs ? Pourquoi une telle réception alors que leur faiblesse est manifeste ? A quelles conceptions ontologiques de la relation de l’individu au savoir et à l’autorité, renvoient-ils ? Que nous disent-ils de la nature profonde de la relation pédagogique et de sa fragilité ? Et surtout, cette opposition, pour l’instant sourde, peut-elle demain embraser notre système scolaire, dresser les uns contre les autres, et bloquer toute évolution ? C’est à ces questions que, sans prendre de gants, cet essai répond. Le style est direct, personnel, et n’épargne personne, ni les pédagogues, ni leurs adversaires.
... ... ... ........

- Acquisitions novembre 2010 :

Titre Auteur Année bref résumé
Le président des riches : Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy Monique Pinçon-Charlot ... 2010 Petits chèques entre amis, dîners mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse... L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système. Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les coulisses du règne de Nicolas Ier. En brossant la chronique des premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, stock-options et cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe. Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches.
Les Millionnaires de la chance. Rêve et réalité Monique Pinçon-Charlot ... 2010 Soudain, ils sont devenus riches. Très riches. Millionnaires. Et ce fut par le seul fait du hasard. Eux, ce sont les grands gagnants du Loto. Pour la première fois, la Française des Jeux a permis à des sociologues d’avoir accès à eux. Pour la première fois aussi, ces gagnants ont accepté de participer à des entretiens approfondis. Ce qu’ils disent, c’est une vie bouleversée, c’est la joie, mais ce sont aussi les questions, des dizaines de questions, qui touchent à la famille et aux amis, au travail, à l’argent, au changement de vie, aux rêves à réaliser… Et par-dessus tout, celle-ci, parfaitement résumée par les auteurs : « Au-delà de l’émerveillement, de l’enchantement comparables à ceux de l’enfant découvrant le monde, les gagnants ont à devenir riches, ce à quoi leur éducation ne les a pas préparés. Le gagnant a définitivement gagné lorsqu’il a été gagné par son gain. Comme le marin doit s’amariner avant d’avoir le pied marin. Le gagnant est pris de court. Il lui faudra du temps pour devenir ce qu’il n’est pas de naissance. » Comment apprivoiser la richesse soudaine : tel est finalement l’un des grands thèmes de cet essai qui, au-delà des portraits de gagnants qu’il propose, est le premier à analyser en profondeur et à mettre en perspective cette forme de richesse. La réputation des auteurs, et le fait que la Française des Jeux soit associée à la promotion du livre, font également de cette parution un événement.
L’espèce fabulatrice Nancy Huston 2010 Pourquoi et comment l’histoire de l’individu et celle du roman s’entrelacent-elles dans ce noeud qu’est la fiction ? Voilà la question à laquelle répond Nancy Huston dans cet ouvrage mené avec une joyeuse impertinence et une grande liberté d’esprit. "Pour nous autres humains, la fiction est aussi réelle que le sol sur lequel nous marchons. Elle est ce sol. Notre soutien dans le monde. (...) La conscience humaine est une machine fabuleuse et intrinsèquement fabulatrice." Grande lectrice, la romancière évoque les pouvoirs du roman et célèbre la diversité que la littérature peut introduire au coeur de l’individu en ouvrant sans cesse la porte à de nouvelles identifications. Au fil de thèmes qui lui sont chers - l’identité, le temps, la mémoire, le langage, le sens -, elle mène une réflexion inédite et captivante. Et c’est avec un enthousiasme communicatif qu’elle démontre magistralement que nous sommes tous des êtres de fiction.
On achève bien les écoliers Peter Gumbel 2010 71 % des élèves sont régulièrement « sujets à de l’irritabilité ». 63 % souffrent de nervosité. Un sur quatre a mal au ventre ou à la tête une fois par semaine. 40 % se plaignent d’insomnies fréquentes. Pourquoi la France est-elle le seul pays au monde à décourager ses enfants au nom de ce qu’ils ne sont pas, plutôt qu’à les encourager en vertu de ce qu’ils sont ?
Pédagogie : le devoir de résister Philippe Meirieu 2010 Educateurs, professeurs et parents, nous sommes encore quelques-uns à croire à l’éducation. Nous sommes pourtant confrontés, comme tout un chacun, à d’immenses difficultés. Nos enfants, souvent, errent sans repères. Ils basculent parfois dans le passage à l’acte systématique quand ils ne fuient pas dans de terribles addictions. Nos élèves sont agités, certains sont violents. Il nous arrive d’être découragés par leur orthographe ou leur méconnaissance de l’Histoire. Nous sommes inquiets... Mais ne nous réfugions pas, pour autant, dans l’autoritarisme facile ou l’invocation des " bonnes vieilles méthodes ". Nous refusons de traquer les déviants dès le plus jeune âge pour leur imposer une camisole chimique, hypnotique ou judiciaire. En revanche, nous croyons qu’il faut créer, ensemble, des situations pédagogiques qui permettent tout autant la transmission de savoirs structurants que l’émergence de sujets libres et solidaires. Nous sommes convaincus qu’il faut résister aussi bien au caprice mondialisé de la marchandisation libérale qu’au contrôle technocratique des obsédés de la mesure. Nous ne voulons ni d’une fuite en avant dans une société pulsionnelle, ni d’un retour vers un passé qui n’avait rien d’un âge d’or. Nous enrageons devant le présent et nous voulons construire l’avenir. Pour tout cela, nous croyons à la pédagogie.
Qu’ils s’en aillent tous ! : Vite, la révolution citoyenne Jean-Luc Mélenchon 2010 "Qu’ils s’en aillent tous !" Demain, des millions de gens iront prendre aux cheveux les puissants, excédés de les voir saccager notre pays et condamner la population de la cinquième puissance économique du monde au recul de tous ses acquis sociaux. Ils le feront, révulsés par les moeurs arrogantes des amis de l’argent, non seulement ce Président et son gouvernement, mais aussi toute l’oligarchie : les patrons hors de prix, les sorciers du fric qui transforment tout ce qui est humain en marchandise, les financiers qui vampirisent les entreprises, les barons des médias qui ont effacé des écrans le peuple. Du balai ! Ouste ! De l’air ! Je souhaite une révolution "citoyenne" en France pour reprendre le pouvoir à l’oligarchie, au monarque présidentiel, et à l’argent roi. Qui veut vraiment chambouler la société doit savoir comment et pour quoi faire. Mon croquis est là pour ça. Pour pouvoir débattre. Partager un enthousiasme. Et donner envie.

- Acquisitions septembre 2010 :

Titre Auteur Année bref résumé
Atlas des fractures scolaires en France : Une école à plusieurs vitesses Patrice Caro... 2010 Dans un contexte économique et politique français fragilisé (notamment par la crise internationale), le service public d’éducation ne fait pas figure d’exception. L’accumulation des réformes est à la fois une marque et un facteur indéniable de son instabilité. Le projet politique fondé sur la réduction des dépenses publiques tend vers la "libéralisation" du système scolaire et perpétue les clivages traditionnels en matière d’enseignement. Beaucoup d’élèves de quartiers difficiles se trouvent relégués dans des établissements dépendant de l’éducation prioritaire, fuis par les familles les plus aisées ; les enfants issus des classes populaires sont plus nombreux à être confrontés à l’échec scolaire que les fils et filles de cadres ; les performances des élèves d’outre-mer sont loin d’être comparables à celles des enfants de métropole... Alors que l’" égalité des chances" a toujours été le maître mot des autorités politiques, voire leur caution, les disparités sociales et territoriales ne s’atténuent pas et ont même tendance à se renforcer. Cet atlas présente une géographie de l’école, de la maternelle à l’entrée (ou non) dans les études supérieures, qui pointe de nombreuses inégalités à différentes échelles (européenne, régionale, académique, départementale, communale, locale). Offre de formation, moyens humains et financiers, stratégies de scolarisation à l’heure de la suppression de la carte scolaire, enseignement privé, apprentissage... l’ensemble du système scolaire est ainsi passé au crible, à la lumière de statistiques officielles, révélant le portrait d’une école à plusieurs vitesses qui s’éloigne peu à peu de sa mission de service public.
L’enjeu des retraites Bernard Friot 2010 Les réformateurs et la plupart des opposants à la réforme actuelle des retraites, malgré leurs divergences, fondent leur diagnostic du prétendu " problème des retraites " sur les mêmes présupposés nous subirions un choc démographique, il serait impossible d’augmenter les cotisations qui alimentent les retraites, c’est un prélèvement sur la valeur produite par les actifs qui financerait les pensions, la justice voudrait que le montant des pensions soit déterminé par la somme des cotisations versées du temps de son activité. etc. Cet ouvrage répond à ces arguments et propose une tout autre analyse. Et si le problème démographique était une illusion ? Et si les pensions de retraite n’étaient pas un revenu différé mais un salaire continué. lié à la qualification ? Et si les retraités n’étaient pas des inactifs, comme le veut la statistique, mais des personnes différemment actives, enfin libres de travailler à l’écart du marché du travail ? L’enjeu des retraites c’est d’abord reconnaître et prolonger l’indéniable réussite humaine et politique des retraites. C’est également mettre en débat le statut du salaire et de la qualification pour tous, ainsi que le rapport au travail que nous voulons promouvoir. C’est seulement en posant de telles questions fondamentales que l’on pourra renouer avec les objectifs progressistes qui ont mené au système actuel et ouvrir une alternative sérieuse à la réforme en cours.
La stratégie du choc : La montée d’un capitalisme du désastre Naomi Klein 2010 Qu’ont en commun le coup d’Etat de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union soviétique, les attentats du 11 Septembre, la guerre en Irak, le tsunami au Sri Lanka en 2004, le cyclone Katrina, la pratique de la torture à Abou Ghraib ou Guantànamo ? Tous ont partie liée avec l’avènement d’un "capitalisme du désastre". Naomi Klein dénonce avec brio l’existence d’opérations concertées dans le but d’assurer la prise de contrôle de la planète par les tenants d’un ultralibéralisme tout-puissant. Ce dernier met sciemment à contribution crises et désastres pour saper les valeurs démocratiques auxquelles les sociétés aspirent, et leur substituer la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.
Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible Gérard Filoche... 2010 Le gouvernement actuel remet en cause, pour tous les salariés, la retraite à 60 ans, et penche vers une retraite à 62, 63 voire 65 ou 67 ans à terme, alors qu’il veut porter le nombre d annuités de cotisations vers 42, voire 44 annuités et plus. Les paramètres qui servent de base au calcul des retraites se trouveraient profondément modifiés. Le risque ? Plonger des millions de retraités dans la misère. Tout cela étalé de façon masquée sur plusieurs décennies, contre nous et nos enfants. 10 questions, 10 réponses. Les auteurs, point par point, décortiquent le sujet et prouvent qu’il est possible de garder notre retraite à 60 ans. Rien n’impose de travailler plus, ni sur la semaine, ni sur la vie. Rien n’impose de faire travailler les « seniors » à la place des « juniors ». Il y a 4 millions de chômeurs. Priorité à l’emploi des jeunes. C est une question de redistribution des richesses qui est en cause. Où vont les richesses créées par le salariat qui représente 93 % de la population active ? Elles doivent revenir à nos salaires, à nos cotisations sociales, à notre santé, à nos retraites. Chiffres à l’appui, les auteurs dénoncent cette immense propagande quotidienne mensongère lancée par Sarkozy-Fillon sur l’espérance de vie qui s’allongerait tellement qu’il ne serait plus possible d’avoir assez de main d’oeuvre pour payer nos retraites. Un texte coup de poing, richement documenté, écrit dans un style incisif, qui apporte une alternative à la réforme à venir, et des solutions pour demain.

- Acquisitions juin 2010 :

Titre Auteur Année bref résumé
L’abeille et l’économiste Yann Moutier Boutang 2010 Pour nombre de nos contemporains, la finance est devenue scandaleuse, voire délictueuse. Dans le dictionnaire des idées reçues de notre temps, elle est immanquablement opposée à l’économie dite " réelle ", industrielle ou commerçante. Et rendue responsable du chaos présent. Cependant, la crise actuelle n’est pas que financière, mais aussi économique, sociale et environnementale, marquant une rupture et une bifurcation par rapport au modèle capitaliste qui a conquis la planète à partir du siècle. C’est dans cette révolution en cours que nous entraîne le présent ouvrage, tout à la fois une petite histoire de la finance, une analyse de la crise contemporaine et une tentative de prospective. Nous sommes en train de basculer d’une économie de l’échange et de la production à une économie de pollinisation et de contribution. D’où ce titre : " L’abeille et l’économiste ". Les abeilles font bien plus que produire du miel : elles pollinisent, c’est-à-dire qu’elles diffusent, gratuitement, la vie. Cette métaphore écologique aide Yann Moulier Boutang à explorer les pistes de refondation d’une économie dont le modèle dominant est largement discrédité et moribond.
Gouverner par le chaos Collectif 2010 Comment devenir les maîtres du monde ? En centralisant l’ordre et le pouvoir autour d’une minorité et en semant le désordre dans le peuple, ramené au niveau de pantins paniqués. La méthode ? L’ingénierie sociale : infiltration des esprits, analyse de nos moindres faits et gestes, contrôle des comportements à distance, marketing de l’intime et autres réjouissances qui font de nous des bons consommateurs. Ce texte prolonge l’essai politique insurrectionnel signé du Comité invisible et attribué aux inculpés dans l’affaire de Tarnac. Publié d’abord sur le web et y ayant suscité " enthousiasme débridé ou agacement hystérique" (Le Nouvel Observateur), il a été pour cette édition revu et corrigé par les auteurs. Volontairement anonymes, ceux-ci prônent une résistance constructive : "Créer, c’est résister. Résister, c’est créer."
Trop vite ! Jean-Louis Servan-Schreiber 2010 Nous avons tous aujourd’hui l’impression de manquer de temps, tout va trop vite ! Plus les problèmes deviennent complexes, moins les hommes semblent disposer de temps pour y réfléchir et les traiter au mieux. L’urgence de l’action, de la décision, domine l’horizon des dirigeants, comme celui des citoyens. Tout fonctionne à court-terme, que ce soit en politique, économie, rythmes de vie, qu’au travail et en famille, relation aux autres et, plus grave encore, en écologie. L’obsession du présent nous coupant du passé dans nos décisions ou nos comportements quotidiens, le « court-termisme » finit par barrer la route de notre avenir. Sachant que le temps est compté, donc précieux, Jean-Louis Servan-Shreiber n’a cessé de l’étudier pour essayer d’en faire meilleur usage. L’objet de son livre est d’analyser les bouleversements contemporains pour provoquer une prise de conscience devenue urgente. Il s’appuie sur les réflexions et exemples que des experts et acteurs qualifiés dans différents domaines ont élaborés au gré de leurs expériences. A sa lecture chacun se sentira confronté à des interrogations intimes, souvent occultées, sur sa manière de vivre.
La drôle d’histoire des enseignants Sonia Gladiny 2010 De Charlemagne aux tous récents enseignants en résistance, La drôle d’histoire des enseignants arpente, au travers de textes courts et de savoureux dessins humoristiques, les salles de classe des origines à nos jours. Chantier permanent de réformes et de remises à plat, l’Éducation nationale est en constante ébullition. Les ministres ont toujours des idées bien arrêtées sur l’école. Profs et instits aussi. Métier de passion, décrié, difficile, magnifique ! Souvent mal comprise, l’école se dévoile ici et démonte quelques clichés : les enfants ne savent pas lire en sortant de primaire, la fac ne sert à rien, il faut dégraisser le Mammouth, il y a trop de grèves. L’école aura toujours été une équation complexe entre Administration, parents et élèves. De l’ascenseur social au centre de sélection continue, le service public scolaire se trouve bousculé, malmené. Le tableau noir actuel est ici enrichi de témoignages de professionnels, à l’encre violette ou à l’encre sympathique. Ou à la craie d’utopie... Des solutions existent comme celles proposées, ici en postface, par le Professeur Philippe Meirieu : l’école dans " la logique de l’excellence pour tous ".

- Acquisitions septembre 2009 :

Titre Auteur Année bref résumé
La politique de l’oxymore Bertrand MÉHEUST 2009 Les démocraties modernes possèdent-elles les ressorts nécessaires pour prévenir et affronter la catastrophe écologique due au réchauffement climatique ? Comme l’explique Bertrand Méheust, ce n’est pas de l’écologie libérale et du "développement durable" que viendra la réponse : ces discours consistent à graver dans l’esprit du public l’idée que l’écologie est compatible avec la croissance et même mieux qu’elle la réclame afin de masquer l’incompatibilité entre la société globalisée dirigée par le marché et la préservation de la biosphère
JE SUIS PROF ET JE DÉSOBÉIS Bastien Cazals 2009 Ce livre est le développement de la lettre qu’adresse le 25 novembre 2008 Bastien Cazals, professeur des écoles, au président de la République, et qui en a fait un des porte-parole de la révolte des enseignants contre une école de plus en plus gérée comme une entreprise et au service de la société marchande. Il ne s’agit pas d’une démarche d’un professionnel de la désobéissance civile mais bien de la réaction d’un citoyen qui, en son âme et conscience, décide de défendre une idée de l’éducation inspirée des plus hautes valeurs de la République française et dans le sillage de personnalités de la Résistance telles que Lucie et Raymond Aubrac ou Stéphane Hessel.
Le compte à rebours a-t-il commencé ? Albert Jacquard 2009 Longtemps, l’humanité a vécu en pensant qu’elle avait tout son temps, que le progrès n’en finirait pas de transformer le monde à notre avantage, que les hommes seraient toujours plus riches, plus beaux, plus performants, que l’on pouvait fabriquer indéfiniment des bombes nucléaires sans risquer de les employer et que nous avions le droit de prélever à l’envi toutes les richesses de la planète sans jamais entamer son capital. Cette époque est révolue. Nous savons maintenant que le temps nous est compté et qu’à force de travailler contre nous-mêmes, nous risquons de fabriquer une Terre où aucun de nous ne voudra vivre. Dans ce livre qui ressemble à un avis de tempête, Albert Jacquard passe en revue les questions à propos desquelles il est urgent de procéder à une refonte complète de nos habitudes. Non, le pire n’est pas certain, mais nous devons nous hâter.
Petit cours d’autodéfense intellectuelle Normand Baillargeon 2009 Rédigé dans une langue claire et accessible, cet ouvrage, illustré par Charb, constitue une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle. On y trouvera d’abord un large survol des outils fondamentaux que dort maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique, etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux . l’expérience personnelle, la science et les médias. " Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle.
Je voudrais être Lénine Martine Thouet 2009 Une histoire qui aurait pu être ordinaire autour d une grandmère qui était de l autre siècle, laveuse et courageuse avec un coeur gros comme ça et qui lui a montré le chemin. Née dans la terre d Anjou elle a eu 15 ans en mai 1968, un militant de père qui déserte son foyer pour occuper l hôpital où il travaille et un prof qui lui fait découvrir la pensée de Marx et de Lénine. Alors c est une nouvelle naissance de l auteur, avec pour maître spirituel le père de la révolution bolchévique, Lénine, avec pour raison d être un militantisme de tous les instants et une ambition d apporter aux plus démunis la justice et le bonheur que la société leur refuse. Du plateau du Larzac aux plaines de Bulgarie en passant par la place Rouge, du carcan de la fonction de cadre dans l administration française et européenne dont elle s est toujours moquée, à un costume de tenancière du Lenincafé, elle nous retrace une épopée tendre, nostalgique, drôle, parfois sombre, d une écorchée vive, d une révoltée qui a décidé de ne jamais mettre son drapeau dans sa poche. Elle raconte la vie d une femme de coeur et de convictions qui, aujourd hui encore, est de tous les combats pour le genre humain.

Ouvrages de l’institut de recherche de la FSU

Ouvrages disponibles à la section :

Titre Auteur Année
OMC, AGCS, Vers la privatisation de la société ? FSU 2003
Politiques de l’emploi, face aux menaces libérales. FSU 2004
Politiques de santé, refonder la solidarité. FSU 2004
Une constitution contre l’Europe. FSU 2005
la laïcité, cent ans après. FSU 2005
La validation des acquis de l’expérience. FSU 2005
Retraites : la solidarité a de l’avenir. FSU 2008
Fonctionnaire, quelle idée ! FSU 2009

L’ensemble des livres publiés par l’institut de la FSU (éditions Syllepse) est consultable sur ce lien : liste des ouvrages


Ouvrages divers

- Mumia ABU-JAMAL : En direct du couloir de la mort (La découverte, 1995)
- Patrick AMARA : la Sadel a 50 ans (Sadel, éditeur 2005)
- Gérard ASCHIERI : Qu’est-ce que la FSU ? (l’Archipel, 2006)
- Yves CAREIL : De l’école publique à l’école libérale (Presse Universitaire de Rennes, 1998)
- Yves CAREIL : Ecole libérale, école inégale (Syllepse, 1994)
- Georges FOTINOS : le climat des écoles primaires (MGEN, 2006)
- Martial GAUCHAIS : L’enclume et la faucille (Cheminements, 2005)
- Max HAVELAAR : une dynamique de développement (M. Havelaar France, 2005)
- Thomas LAMARCHE : Capitalisme et éducation (Syllepse, 2006)
- Maryse METRA : la première rentrée (ECPA, 2000)
- Taslima NASREEN : Lajja (Stock, 1994)
- Michel PERRAUDEAU : Les stratégies d’apprentissage (Colin, 2006)
- Michel PERRAUDEAU : Adaptation et scolarisation des élèves handicapés (Nathan, 2008)
- SNUipp : La responsabilité des enseignants (La découverte, 2002)
- Raphaël SZAJNFELD : Actes du colloque la Naissance de la FSU (Syllepse, 2008)

rien
Liens institutionnels
Liens pédagogiques
Les oeuvres complémentaires de l’Ecole
Le Kisaitou
La carte des circonscriptions du Maine-et-Loire
Règlement départemental des écoles publiques (mat. et élém)
Enseignants non remplacés : FICHE de RECENSEMENT
Nouvelles dénominations des circonscriptions à la rentrée 2012
Le calendrier scolaire 2012-2013
Bulletin de salaire : décryptage...
Pratique : CALENDRIERS SCOLAIRES 2014/15, 2015/16, 2016/17
outil : e-dossier mouvement
Un outil pour les écoles : calendrier scolaire 2014-2015 personnalisable
Services des Remplaçants/Postes fractionnés : outil de comptabilisation horaire (MàJ au 06/09/2014)
Fiche pratique : les décharges de directrices et directeurs
Promotions 2015 : votre e-dossier personnel
Non-remplacement d’un enseignant absent : nous le signaler !
Tableau de gestion des heures : Titulaires remplaçants, postes fractionnés...
Un outil pour les écoles : calendrier scolaire 2015-2016 personnalisable
Promotions 2016-2017 : votre e-dossier personnel
Pass éducation : liste des musées et monuments nationaux gratuits
Brochure "droits des personnels"
Retrouvez le SNUipp-FSU de Maine-et-Loire sur les réseaux sociaux
Non-remplacement d’un enseignant absent : nous le signaler ! (2015-2016)
TRAITEMENT et COTISATIONS - INDEMNITES - TAUX ET MONTANTS - janvier 2017
Un outil pour les écoles : calendrier scolaire 2016-2017 personnalisable
 
Tous les articles du th�e
Cet article n'est pas lié à un thème.  
rien
Imprimer l'article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse
SNUipp49-FSU : 14 place Imbach, 49100 ANGERS - tél : 02.41.25.36.40 - fax : 02.41.86.96.88 - mail : snu49@snuipp.fr - mentions légales