Accueil
sg sd
Le SNUipp Actualités Infos carrière CAPD, CTSD, CDEN... Dossiers/Juridique
Outils pratiques Les publications Se syndiquer Formation initiale
id

SNUipp-FSU de Maine et Loire

liste de diffusionSNUipp-FSU de Maine et Loire
S'abonner à la liste de diffusion du SNUipp 49 et recevoir toutes les nouvelles publications du site.
Indiquez
votre adresse courriel:


Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Liens FSU

Les sites nationaux
fsu
snuipp
Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : CAPD, CTSD, CDEN...  / Commissions paritaires 2018-2019 (CAPD, CTSD...) 

Imprimer l'article


CAPD du 11 juin 2019 : déclaration du SNUipp-FSU de Maine-et-Loire

Publié le: mardi 11 juin 2019

rien
rien

JPEG - 94.8 ko

Monsieur le Directeur Académique,

A moins d’un mois de la sortie des classes, la déclaration liminaire du SNUipp-FSU49 ne peut faire abstraction des éléments de politique nationale qui attaquent sans relâche depuis plusieurs mois l’école publique et ses enseignants.

Avec la loi Blanquer tout d’abord, dont l’examen en commission mixte paritaire est prévu ce jeudi 13 juin. Le cheminement législatif de ce texte rompt avec les procédures habituelles puisqu’il ne fera l’objet d’aucune autre navette entre l’Assemblée Nationale et le Sénat. Depuis quatre mois, le Ministre et les députés LREM font la sourde oreille aux revendications et actions des enseignant.es, des personnels de l’éducation et des parents. Ils se sont employés à tenter de défendre tant bien que mal leur texte sans réussir à convaincre personne. A court d’arguments, la seule réponse du Ministre aura été de nous accuser de colporter des bobards ! Nous avons pris cette annonce pour ce qu’elle est : méprisante…
Dans le Maine et Loire, la mobilisation forte et historique de nos collègues aura, à l’instar de toutes les autres actions menées en France, contribué à une victoire des enseignants, des parents et des élus locaux mobilisées : les « établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux » (EPLESF) pourraient ne pas voir le jour, leur création ayant été supprimée du projet de loi Blanquer discuté au Sénat. Mais l’idée reste, et pourrait revenir de façon plus discrète. D’autres articles de la loi ont été maintenus, amendés ou ajoutés, avec au final un texte qui ne répond en rien aux attentes de nos collègues, mais fragilise le Service Public d’Education et le statut de fonctionnaire. Quelques exemples : l’article 1 et la liberté d’expression, d’autant que depuis quelques semaines, les menaces, les rappels à l’ordre, les gardes à vue commencent à pleuvoir contre des enseignant.es jugés un peu trop critiques à l’égard de la politique éducative du ministre ; l’amorce d’un statut hiérarchique pour le directeur ; 200 millions d’euros transférés au privé, sans la moindre contrepartie dans le cadre de la scolarisation obligatoire dès 3 ans… La mobilisation des enseignantes et des enseignants des écoles est donc toujours à l’ordre du jour, notamment lors de la commission mixte paritaire prévue le 13 juin. Le SNUipp-FSU appelle à la grève ce jour, et continue d’exiger l’abandon de cette loi.

Concernant la Fonction Publique, l’Assemblée Nationale a adopté, mardi 28 mai, le projet de loi sur la transformation de la fonction publique qui apporte, selon le gouvernement, "les souplesses" nécessaires au secteur. Ces dites souplesses sont autant d’attaques. Nous dénonçons le recours massif à des contractuels ; les menaces contre le CHSCT, instance dont les actions sont essentielles dans les domaines de la sécurité, de la santé et de la vie au travail ; la suppression des compétences des Commissions Administratives Paritaires en matière de promotion et de mobilité, mesure qui va favoriser une gestion opaque et priver les personnels de recours contre l’arbitraire.

Pour parachever le dynamitage de l’école, le 28 mai dernier, le Ministère a publié sa circulaire de rentrée 2019, qui porte spécifiquement sur le premier degré, parce que dixit le texte : « L’école primaire reste plus que jamais la première priorité du ministère chargé de l’éducation nationale ». Nous nous serions bien passé de cette priorité et nous aurions préféré la voir traduite concrètement en chiffre avec une dotation de rentrée qui ne soit pas négative (pour rappel, le Maine et Loire doit rendre 2 postes), mais a contrario à la hauteur des besoins, permettant un allègement des effectifs dans toutes les classes, et pour ce qui nous concerne dans le cadre de cette CAPD : la satisfaction de toutes les demandes d’allègement de service et de toutes les demandes de temps partiels.

Non, la priorité du Ministre et du gouvernement, c’est davantage normaliser l’école, standardiser le travail des enseignants et circonscrire la liberté pédagogique. Ainsi, des « recommandations » sont publiées, des « guides » vont être édités : on en comptera pas moins de 7 d’ici l’an prochain !, et les animations pédagogiques continueront d’être centrées uniquement sur les mathématiques et le français. On est toujours bien loin d’une formation continue prenant en compte les besoins et les demandes des professionnel•les de terrain. La maternelle voit au travers de cette circulaire de rentrée, les programmes de 2015 clairement bousculés : alors oui, on parle toujours de jeu et d’expérimentation, mais surtout il faudrait dès la petite section s’atteler à l’apprentissage de mots et à l’entraînement à la phonologie avec des recommandations pédagogiques particulièrement précises. L’entrée précoce dans des apprentissages normatifs et évalués est plébiscitée par le Ministère, ce qui constitue pourtant une méthode très efficace pour construire de la difficulté scolaire dès le plus jeune âge ! Les fondamentaux sont martelés et re-priorisés, pendant que l’éducation artistique et culturelle se trouve résumée à l’instauration de chorale partout et à la promotion de la lecture et du livre grâce la fréquentation des bibliothèques : en voilà d’une idée novatrice ! Certaines « recommandations » montrent le niveau de confiance accordée à la profession par le ministre : il est dit qu’on doit « éviter d’assoir tous les élèves par terre », ou encore rappelé aux enseignant.es qu’ils doivent « après une lecture, engager les élèves à prendre la parole et... montrer de l’attention pour ce qu’ils disent ». Qui imagine qu’il en soit autrement ? Pour reprendre le titre d’un article récent de Roland Goigoux, ne serait-on pas en train de «  prendre les professeurs des écoles pour des crétins ? »

Les chercheurs ont commenté cette circulaire de rentrée, et fait preuve de bien plus de connaissance du travail quotidien des enseignant.es que le Ministère. Concernant la maternelle, Mireille Brigaudiot, maître de conférences en sciences du langage, compare la circulaire à « un caddy de supermarché où s’entremêlent conseils, directives et vues de l’esprit ». Elle conclut en rappelant que les programmes de 2015, plébiscités par les enseignant•es de maternelle, ont été publiés par arrêté, et que cette circulaire de rentrée - plus précisément cette note de service - dont de nombreux éléments ne sont pas conformes aux Programmes, n’a aucune valeur. C’est aussi l’avis du SNUipp-FSU49.

Arrivons au principal sujet qui va nous occuper aujourd’hui : le mouvement départemental.
Depuis la publication de la note de service mobilité en novembre 2018, le Ministère a tout fait pour casser le fonctionnement départemental du mouvement avec sa nouvelle application et a mis fortement en tension les enseignant.es et les personnels administratifs des DSDEN. Nous remercions à cette occasion les agents des services de la DSDEN du Maine et Loire pour leur travail dans des conditions que nous savons très difficiles. Les organisations syndicales ont de nouveau écrit au ministre le 24 mai (voir ici) pour dénoncer la catastrophe sur le plan technique et l’inadéquation avec les réalités du 1er degré. Les calendriers locaux initiaux n’ont pas pu être respectés avec des retards de plusieurs semaines. Cela crée un climat de forte inquiétude pour tous les acteurs et actrices de cette opération de gestion.
Suite à l’examen du projet de mouvement, nous vous avons transmis plusieurs questions auxquelles nous espérons obtenir les réponses en cours de séance. A ce sujet, nous regrettons fortement que la consigne ait été donnée à l’agent chargé de l’accueil téléphonique de la DSDEN de ne transférer aucun appel, mêmes des représentant.es des organisations syndicales, au service DRH. Sur plusieurs questions, un échange téléphonique aurait été beaucoup plus efficace et rapide qu’un mail qui reste sans réponse. Une incompréhension nous interpelle tout particulièrement : la façon dont se sont effectuées les affectations sur la base du vœu large avec les MUG que vous avez priorisés. A ce propos, nous n’avons qu’une seule image en tête, celle d’une grande loterie des postes, avec des affectations hasardeuses. Les 13 collègues concernés par ces affectations codées 999 nous ont écrit, à vous aussi, pour d’une part s’en étonner, mais surtout vous expliquer comment ces affectations mettent à mal leurs projets professionnels et leur faisabilité du point de vue de leur organisation personnelle. Certains, avec 12 points de barème, sont nommés à près de 80 km de leur premier vœu, censé être la balise GPS de référence ! Lors de la CAPD du 22 mai, nous vous avions demandé, Monsieur le Directeur Académique, la tenue d’un groupe de travail dès lors que les affectations seraient prononcées sur la base d’un vœu géographique, afin de s’assurer que les nominations de nos collègues correspondent au plus près de leurs souhaits. Vous n’avez pas accédé à notre demande. Nous rappelions, dans notre déclaration liminaire, qu’il était indispensable que l’équité et la transparence soient respectées voire renforcées dans le but d’éviter des affectations qui pourraient se révéler catastrophiques et parfois profondément injustes.

L’absence de postes vacants en nombre suffisant par rapport au nombre d’enseignant•es sans affectation, cumulée avec l’introduction du vœu large, allait conduire à ce que des collègues avec quelques années d’ancienneté soient affecté•es dès la phase automatisée sur les postes les moins demandés, cela créant des situations particulièrement injustes du fait que ces barèmes ne sont pas les plus faibles. C’est effectivement ce que nous constatons dans les documents de travail. C’est pourquoi nous demandons à nouveau que le droit de renoncer à une affectation obtenue sur vœu large lors de la phase principale, lorsque celle-ci n’est pas satisfaisante soit garanti, pour pouvoir participer à la phase d’ajustement. Nous redemandons également que la phase d’élargissement des vœux - le recours au vœu large - ne soit utilisée qu’en phase d’ajustement une fois que de nouveaux postes y auront été injectés. Au cours de cette CAPD, nous reviendrons sur chacune des situations particulières des collègues qui nous ont sollicités pour les représenter et faire valoir leurs arguments. Nous n’oublions pas les collègues nommés via un vœu géographique, sur un poste non demandé explicitement et qui ne les satisfont pas, mais qui – par crainte du pire : l’affectation via le vœu large – n’osent faire part de leur déception. La politique du pire sera toujours combattue par le SNUipp-FSU49.

Enfin, concernant le passage à la Hors-Classe, nous avons été satisfaits de la confirmation que vous nous avez donnée au cours de la CAPD du 22 mai sur la prise en compte de l’AGS complète (celle en tant qu’instituteur puis en tant que PE) pour les collègues ayant intégré le corps des PE en cours de carrière. Nous serons particulièrement vigilants sur l’application du principe qui prévoit que tous les enseignant•es puissent partir à la retraite en ayant accédé à la hors-classe. Nous souhaitons que cette disposition s’applique dans le Maine et Loire.

En conclusion, à défaut d’une politique nationale respectueuse de ses enseignant.es, nous vous demandons, Monsieur le DASEN, à l’échelle départementale dont vous avez la responsabilité, de prendre en compte les demandes de nos collègues que nous relayons ici, dans un souci d’équité. Le SNUipp-FSU, dont le 11ème congrès national vient tout juste de s’achever, s’est doté de nouveaux mandats pour réaffirmer ses objectifs de réussite des élèves, d’amélioration des conditions de travail, de conquête de nouveaux droits et de plus de justice sociale. C’est sur ces bases que nous interviendrons au cours de cette CAPD.

rien
CAPD du 30 août 2018 : compte-rendu...
Moyens provisoires dans les écoles pour 2018-2019
Groupe de travail du 11/09/2018 (Ajustements de la rentrée 2018) : compte-rendu
CTD du 20 novembre 2018 : déclaration de la FSU 49
CTSD « Bilan de rentrée » du 20 novembre 2018 : notre compte-rendu
CAPD du 27 novembre 2018 : déclaration du SNUipp-FSU
CAPD du 27 novembre 2018 : COMPTE-RENDU du SNUipp-FSU
Groupes de travail (préparation rentrée 2019 : MOUVEMENT et TEMPS PARTIELS) des 3 & 14 décembre 2018
Comité Technique Académique (CTA) du 14 janvier 2019 : déclaration préalable de la FSU
[URGENT] Carte scolaire 2019 : CTSD et délégation d’école jeudi 31 janvier !
CTSD carte scolaire 2019 : la déclaration préalable du SNUipp-FSU
CTSD du 31 janvier 2019 : les mesures décidées du Dasen (ouvertures et fermetures)
CTSD carte scolaire du 31/01/2019 : compte-rendu...
CAPD du 4 février 2019 : déclaration du SNUipp-FSU
CAPD du 4 février 2019 : compte-rendu...
CAPD du 14 mars 2019 : déclaration du SNUipp-FSU
CAPD du 14 mars 2019 : compte-rendu...
CTSD du 18 mars 2019 : déclaration du SNUipp-FSU de Maine-et-Loire
CTSD du 18/03 : les modalités de MOUVEMENT arrêtées par le Dasen
CAPA des Psy-EN du 13 mars 2019 : déclaration du SNES et du SNUipp-FSU
CAPD du 22 mai : déclaration préalable du SNUipp-FSU de Maine-et-Loire
CAPD du 22 mai 2019 : compte-rendu...
CAPD du 11 juin 2019 : compte-rendu...
CAPD du 11 juin 2019 : les questions diverses posées par le SNUipp-FSU 49
CTSD du 25 juin 2019 : déclaration du SNUipp-FSU de Maine-et-Loire
CTSD du 25 juin 2019 : les mesures d’OUVERTURES et de FERMETURES décidées par le Dasen
CTSD "carte scolaire" du 25 juin : compte-rendu
CAPD du 3 juillet 2019 : déclaration du SNUipp-FSU de Maine-et-Loire
CAPD des 3 et 4 juillet 2019 >>> RESULTATS : AFFECTATIONS
 
Tous les articles du th�e
Cet article n'est pas lié à un thème.  
rien
Imprimer l'article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse
SNUipp49-FSU : 14 place Imbach, 49100 ANGERS - tél : 02.41.25.36.40 - fax : 02.41.86.96.88 - mail : snu49@snuipp.fr - mentions légales