Accueil
sg sd
Le SNUipp Actualités Infos carrière CAPD, CTSD, CDEN... Dossiers/Juridique
Outils pratiques Les publications Se syndiquer Formation initiale
id

SNUipp-FSU de Maine et Loire

liste de diffusionSNUipp-FSU de Maine et Loire
S'abonner à la liste de diffusion du SNUipp 49 et recevoir toutes les nouvelles publications du site.
Indiquez
votre adresse courriel:


Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Liens FSU

Les sites nationaux
fsu
snuipp
Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : Actualités  / Année 2019  / 10-octobre 2019 

Imprimer l'article


Les professeurs des écoles tristes et en colère (Courrier de l’Ouest)

Publié le: mardi 1er octobre 2019

rien
rien

PNG - 533 ko
Courrier de l’Ouest du 02/10/2019

Sous le choc du suicide d’une collègue directrice à Pantin, les professeurs des écoles de Maine-et-Loire appellent à un rassemblement – hommage jeudi devant l’Inspection.

Ils en ont gros sur le cœur et n’ont pas envie de le cacher. « Aujourd’hui, on est un peu tous Christine Renon », disent Estelle Guyon et Christophe Rabin, co-secrétaires du SNUIPP, syndicat majoritaire chez les enseignants du premier degré public. « Ce n’est pas de la récupération mais de l’identification », prennent-ils soin de prévenir tant la référence est douloureuse : leur collègue Christine Renon, directrice d’école en région parisienne, s’est suicidée sur son lieu de travail le samedi 21 septembre après avoir décrit dans un long courrier, son épuisement professionnel et son sentiment de solitude face aux parents et face à l’administration. « Ce drame était prévisible. Ce qui s’est passé chez France Telecom il y a dix ans, toute cette souffrance au travail, c’est ce qu’on vit actuellement », indiquent encore les deux enseignants angevins.

« Les collègues ont perdu le sens du métier »

Dix jours après la visite du ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer en Anjou, le SNUIPP entend bien remettre les points sur les i de la profession d’instituteur. Évidemment que le syndicat se bat sur la reconnaissance salariale et sur le projet de retraite dont les enseignants du premier degré seraient « les dindons de la farce », sur l’absence de visite médicale et sur l’évaluation des enfants de CP qu’il juge inadaptée, sur les classes surchargées et sur la disparition de l’éducation prioritaire. « Les CE1 dédoublés à douze enfants sont finalement quinze à l’école Paul-Valéry ce qui permet de faire quatre classes au lieu de cinq. Il y a une classe de maternelle à 35 enfants à Saint-Pierre Montlimart », cite notamment le syndicat.

Mais le SNUIPP est surtout inquiet du malaise qui gagne la profession. « On ne compte plus les longs congés maladies et la ré-orientation qui explosent. Les collègues nous disent qu’ils sont perdus, qu’ils ont perdu le sens du métier, le cœur de leur métier. Ils ressentent une incapacité à mener à bien leur mission, une perte de leur liberté pédagogique. Ils doivent se justifier sur tout, se sentent contrôlés sur tout. Le cœur de notre métier n’est pas de faire remonter des tableaux et des indications à notre hiérarchie », estiment les responsables du SNUIPP.

Le syndicat appelle à un rassemblement en hommage à Christine Renon jeudi à 17 h 30 devant la Direction académique de l’Éducation nationale, à Angers, mais aussi en circonscription.

rien
 
Tous les articles du th�e
Cet article n'est pas lié à un thème.  
rien
Imprimer l'article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse
SNUipp49-FSU : 14 place Imbach, 49100 ANGERS - tél : 02.41.25.36.40 - fax : 02.41.86.96.88 - mail : snu49@snuipp.fr - mentions légales