Accueil
sg sd
Le SNUipp Actualités Infos carrière CAPD, CTSD, CDEN... Dossiers/Juridique
Outils pratiques Les publications Se syndiquer Formation initiale
id

SNUipp-FSU de Maine et Loire

liste de diffusionSNUipp-FSU de Maine et Loire
S'abonner à la liste de diffusion du SNUipp 49 et recevoir toutes les nouvelles publications du site.
Indiquez
votre adresse courriel:


Accès Rapide

Accueil du site
Plan du site
Les nouveautés

Accès par thèmes




Liens FSU

Les sites nationaux
fsu
snuipp
Vous pouvez vous déplacer dans le site à l'aide des liens ci-dessous.

Vous êtes actuellement dans la rubrique : CAPD, CTSD, CDEN...  / Commissions paritaires 2020-2021 

Imprimer l'article


[Carte scolaire 2021] CTSD du 11 février 2021 : déclaration du SNUipp-FSU 49

Publié le: jeudi 11 février 2021

rien
rien

PDF - 426.2 ko
Déclaration préalable du SNUipp-FSU 49
(CTSD du 11 février 2021)

JPEG - 35.1 ko
Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

La préparation de la carte scolaire de la rentrée 2021, aurait pu être l’occasion dans notre département, d’améliorer significativement, à l’aune de la baisse du nombre d’élèves attendus et de la dotation positive de 10 postes, les conditions de scolarisation dans les écoles publiques du Maine et Loire. Mais manifestement, ce sont d’autres choix qui ont été arbitrés.

Alors que l’année scolaire 2019-20 a été chamboulée par le contexte sanitaire et la fermeture des écoles ; alors que cette année 2020-21 met à nouveau à l’épreuve les équipes, chargées d’enseigner tout en faisant respecter les protocoles sanitaires ; alors que l’école traverse un épisode inédit de son histoire ; votre projet de carte scolaire ne prend nullement en compte ces nouvelles réalités et envisage un nombre impressionnant de fermetures de classes. Il n’échappera pourtant à personne que dès lors qu’une classe est fermée, le brassage des élèves est augmenté…
Dans un tel contexte, l’Éducation Nationale se devait de prendre ses responsabilités par une politique volontariste, ambitieuse et prévoyante débouchant sur un budget à la hauteur des enjeux. Il n’en est rien. Pire encore lorsque nous apprenons que l’enveloppe du budget 2020 n’a pas été utilisée en totalité et que 200 millions d’euros ont été rendus, soit l’équivalent de 4200 postes !

Les besoins sont pourtant criants. A l’échelle de notre département :

  • Le nombre de postes de remplaçants est clairement insuffisant. Le SNUipp-FSU 49 n’a eu de cesse d’interpeller à ce sujet. Combien de classes sans enseignants pendant plusieurs jours d’affilée ? d’élèves privés d’apprentissage ? Il y a urgence à ré-abonder la brigade des Titulaires Remplaçants, pour les élèves, et pour les équipes qui sont à bout de patience quant aux conséquences de cette pénurie. La continuité du service public n’est pas la répartition des enfants dans les autres classes - de plus, dans un contexte sanitaire qui ne s’y prête pas !
  • Les postes RASED, insuffisants eux-aussi, manquent cruellement dans les écoles. Les compétences particulières de ces enseignants spécialisés, qui permettent aux élèves de progresser sur le plan scolaire et personnel, sont précieuses. Le SNUipp-FSU rappelle son attachement aux postes RASED et à leurs spécificités. Les personnels RASED sont débordés de demandes. Il est urgent de leur donner les moyens de répondre aux sollicitations des équipes. Pour ce faire, il faut impérativement que chaque antenne soit complète en étant pourvue des trois spécialités.
  • Cette année, 85 élèves sont en attente d’une place en ULIS-école. Il est nécessaire de rendre possible ces besoins d’orientation, pour ces élèves et leurs familles, en procédant à l’ouverture de ces Unités. Une seule ouverture d’Ulis école prévue dans votre projet c’est très largement insuffisant !
  • Concernant les mesures de « poste-classe », vous n’envisagez pas moins de 51 fermetures de classe ! A nos yeux, « une saignée » : une école sur 10 impactée par une fermeture ! Nous n’avons pas mémoire d’une opération d’une telle ampleur dans notre département. A chaque fois que vous entérinerez une décision de fermeture, vous ferez le choix d’augmenter le nombre d’élèves par classe dans cette école. A l’opposé, nous revendiquons une baisse des effectifs dans toutes les classes. Le répit des écoles situées dans les communes de moins de 5000 habitants aura été de courte durée, et elles passent aujourd’hui sous le couperet de votre projet de carte scolaire. Nous dénonçons l’entourloupe médiatique sur ce sujet, quand les expressions de la secrétaire d’État n’ont comme finalité que d’endormir l’opinion pendant que le Ministre en décide tout autrement… Ce dispositif, au vu du contexte sanitaire qui en avait été à l’origine, aurait pourtant bien toutes les raisons de se voir prolonger.

Au final, il apparait clairement que la dotation de 10 postes n’est pas suffisante pour couvrir tous les besoins du département. Comment d’ailleurs comprendre ce chiffre lorsque le Maine et Loire s’est dit prêt à l’automne dernier à recruter pas moins de 40 contractuels ? Ce chiffrage n’est pas le nôtre (bien sûr, notre estimation des moyens nécessaires serait bien supérieure !) mais il est l’aveu même de l’institution que le département manque cruellement de moyens.

Pourtant, au lieu de traiter les conséquences scolaires et sociales de la pandémie dans les écoles, Jean-Michel Blanquer poursuit inlassablement "comme si de rien n’était", sa politique éducative dévastatrice qui met à mal l’école publique. Il multiplie les attaques, ciblant simultanément les formations initiales, continues, spécialisées avec le CAFIPEMF et le CAPPEI ; cherchant à instaurer une méthode de lecture ministérielle, attaquant la maternelle dans ses fondements, réformant l’Éducation Prioritaire... Sans parler des conclusions ubuesques issues du Grenelle de L’Éducation que la FSU est fière d’avoir quitté ! Et pendant que cette liste s’allonge, de nombreux dossiers restent au point mort, évoluent plus que lentement, voire régressent complètement… C’est par exemple le cas de la revalorisation salariale, annoncée à grands renforts médiatiques, promise comme « historique » mais laissant sur le bas-côté près de 7 enseignants sur 10…

Nous ne développerons pas ici les marques de mépris du Ministre à l’égard de ses personnels, ou bien encore des élu•es du personnel. Elles sont pourtant nombreuses. Nous préférons vous alerter à nouveau, comme nous avons eu l’occasion de le faire à de trop nombreuses reprises, sur la réalité du climat dans les écoles. Nos collègues sont épuisés, un certain nombre d’entre eux sont au bord de la rupture : conditions de travail dégradées, injonctions contradictoires permanentes, gestion d’élèves relevant du soin, commandes institutionnelles qui ne font plus sens... Autant d’éléments qui alimentent la défiance et la lassitude. Tout cela a un coût. Un coût désastreux en termes de santé physique et mentale, un coût tout aussi néfaste sur les ambiances d’équipes. Nous ne comptons plus les appels de détresse de nos collègues qui quotidiennement nous rapportent leur mal être au travail. Les arrêts maladie, l’augmentation des demandes de démission ou de rupture conventionnelle, les difficultés de recrutement... sont ainsi des indicateurs alarmants qui doivent être traités en urgence par l’Etat employeur. La carte scolaire devrait être un levier pour permettre à chaque enseignant de mener sa mission dans la sérénité et en santé.

Nous avons eu l’occasion de vous le dire au groupe de travail : la carte scolaire est attendue par nos collègues, elle est espérée comme redoutée. Le signal que vous avez lancé en projetant plus de 50 fermetures est évidemment très négatif et incompréhensible au vu de la situation actuelle. Nous répétons qu’à l’inverse, c’est d’un plan d’urgence dont a besoin l’école publique. Nous nous opposerons au cours de ce CTSD à toutes les décisions qui iront dans le sens d’une dégradation du Service Public d’Éducation.

rien
 
Tous les articles du th�e
Cet article n'est pas lié à un thème.  
rien
Imprimer l'article
Ver 15/03/2007
Remerciements SNUipp
adresse
SNUipp49-FSU : 14 place Imbach, 49100 ANGERS - tél : 02.41.25.36.40 - fax : 02.41.86.96.88 - mail : snu49@snuipp.fr - mentions légales